AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
I am
Choixpeau Magique

ㄨ Messages : 351
ㄨ Date d'inscription : 07/05/2011


MessageSujet: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Sam 18 Fév - 11:59

Rps Dragées Surprises


    Ah la salle d'Histoire de la Magie. Une salle où vous êtes sûrs de vous retrouver seuls. Personne ne vient, tout le monde préfère l'éviter, de peur de tomber sur M. Binns certainement. Je ne sais pas ce que vous êtes venus faire ici, mais une chose est sûre, la porte s'est refermée. Vous vous retrouvez bloquées à l'intérieur. Quelques fenêtres sales laissent filtrer la lumière mais elles aussi sont fermées. Où est le problème me demandez-vous ? Et bien, essayez de jeter un Alohomora et vous allez vite vous rendre compte que vous n'arrivez plus à utiliser vos pouvoirs magiques. Frustrant hein ?


    Règles du Rp


  • Vous êtes incapables d'utiliser vos pouvoirs magiques, vous pouvez essayer tant que vous voulez aucun sort ne marche. C'est une situation assez frustrante pour un sorcier de se retrouver moldu Wink

  • Vous n'avez aucun moyen de sortir, mais vous pouvez toujours en chercher un. Après tout, l'espoir fait vivre!

  • Je passerai vous prévenir lorsque les effets seront terminés, mais vous êtes bien incapables de prévoir quand ... En attendant, amusez-vous bien et évitez de vous entretuer Popcorn

_________________

    Maintenant le Choixpeau Magique est là et vous connaissez le résultat:Je vous répartis dans les quatr'maisons puisque l'on m'a confié cette mission.Mais cette année je vais vous en dire plus long, ouvrez bien vos oreilles à ma chansonVoyez les dangers, lisez les présages que nous montrent l'histoire et ses ravages.Car notre Poudlard est en grand péril devant des forces puissantes et hostiles.Et nous devons tous nous unir en elle pour échapper à la chute mortelleSoyez avertis et prenez conscience



Revenir en haut Aller en bas

♦♦Fondatrice de WIZ♦♦Queen C.

avatar
I am
Charlotte M. Berrywell

ㄨ Messages : 1229
ㄨ Date d'inscription : 14/09/2010
ㄨ Age : 24
ㄨ Localisation : Dans la Salle commune des Serpentards, comme bien souvent.


Histoire
Age du personnage: 17 ans.
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Mar 24 Juil - 1:00

« D'étranges phénomènes »
J'observe la pendule de la salle commune des Serpentards accrochée au mur tapissé de velours sombre. Elle indique quatorze heures. Avec un soupir las je reporte mon attention sur le feu qui crépite dans la cheminée. Je m'ennuie. Je suis au regret de devoir le dire, mais je m'ennuie. Or je déteste cela. Je n'ai même pas l'envie d'embêter quelques sangs-de-bourbe pour me défouler, ou de retirer des points à des Bouffondors qui s'aventureraient dans les cachots alors qu'il n'ont pas cours. Non, rien de tout cela ne me tente. De toute façon beaucoup de mes camarades s'en sont déjà chargés à ma place. D'une oreille distraite j'écoute le blabla insignifiant que me servent mes larbines depuis une bonne demie heure. Elles sont là, assises, les jambes croisées, une tasse de thé dans les mains, à piailler, à glousser, à se chamailler pour des bêtises aussi grosses qu'elles. Quatre filles de diverses années, tout aussi insignifiantes que le discours qu'elles tiennent en ce moment même. Séraphina n'est pas là, sûrement quelque part avec son copain du moment, Clivuo non plus, certainement en train de fumer à l'abri des regards, et Robin est partie réviser à la bibliothèque avec Josh. Aucune personne digne d'intérêt ne semble se profiler à l'horizon. Ma cour d'admiratrices m'agace, et je le fais bien remarquer par un soupir. Puis, sans crier gare, je pose ma tasse de thé vide sur la table basse, et me lève avec grâce. Immédiatement, leur discussion cesse, et elles amorcent un mouvement pour se lever à leur tour; d'un geste je leur intime de ne pas me suivre. J'ai besoin de tranquillité; pas de petites vengeances prévues pour aujourd'hui. Déçues de ne rien avoir à se mettre sous la dent, elles se rasseyent et reprennent leur conversation dénuée de toute utilité, tandis que je m'avance parmi les autres élèves - qui s'écartent immédiatement sur mon passage - pour atteindre la porte de la salle commune.

Une fois dans les couloirs éclairés par des torches, je me sens mieux. La fraîcheur de l'endroit me fait du bien. J'arrive bientôt dans le hall, et monte au premier étage, avec un but bien précis en tête : la salle d'Histoire de la Magie. Binns nous a annoncé une interro pour ce lundi. La révolution des gobelins. Passionnant. Soupirant d'avance à l'idée de devoir disserter sur ces créatures aussi laides qu'insupportables, en plus d'être suffisantes et inutiles, j'arrive bientôt à la porte de la salle. Je n'ai croisé personne dans les couloirs; en même temps nous sommes samedi après-midi. Je porte une jupe en soie noire, simple, qui m'arrive aux genoux, ainsi qu'un chemisier blanc avec un foulard de soie noir. Sobre, mais élégant. Assortis bien évidemment à mon éternel serre-tête avec une rose en velours noir, et à mes escarpins à bout arrondi en cuir verni de la même couleur. Il n'y a pas de sortie à Pré au lard prévue pour ce week-end, ni de match de Quidditch. Mais d'énormes flocons de neige tombent sur le pays, alors le manque de sorties ne semble pas tellement déranger les élèves. La plupart sont d'ailleurs justement sortis dans le parc faire des batailles de boules de neige. Je trouve ça d'un ridicule ... Quelle puérilité bien regrettable, venant de jeunes sorciers.

Je tourne la poignée et pénètre dans la salle, que je trouve vide elle aussi. La porte derrière moi se referme en un grincement. La salle de classe est éclairée par de grandes fenêtres qui laissent filtrer la lumière, les rideaux étant tirés, et qui permettent d'apercevoir le parc enneigé, avec tous ses bonhommes de neige et ses élèves courant et riant aux éclats. Je m'avance vers une table, pour y déposer mes affaires, avant de me rendre compte que je ne les ai pas prises. Je sors ma baguette de son emplacement, c'est-à-dire coincée entre ma jupe et mon chemisier, et m'apprête à lancer un sortilège d'Accium pour récupérer mon livre d'Histoire de la Magie situé dans ma salle commune, lorsqu'un bruit me surprend. Je me retourne vers la porte, qui s'ouvre sur Charlie Wellington, une Serdaigle de septième année. Tiens donc ... Elle est une excellente élève, peut-être pas aussi brilante que moi, mais tout de même. Raison pour laquelle je lui accorde un certain respect, et lance donc en guise de salut :

« Wellington. Tu n'as pas eu envie de jouer dans la neige aujourd'hui? »

Mon ton est purement celui de la conversation. A vrai dire je n'attends pas de réponse, de toute façon je me fiche royalement de ce qu'elle ait pu avoir envie de faire de son week-end. Mon attention est déjà retournée vers ma baguette que je tien toujours à la main. Evidemment, je n'ai aucune intention de lancer un sort quelconque à la Serdaigle, juste faire venir mon livre de la salle commune, un jeu d'enfant, exercice que je pratique régulièrement depuis ma deuxième année.
Elle se trouve toujours dans l'encadrement de la porte, qui est restée ouverte. D'un ton agacé je lui dis :

« Eh bien, ne reste donc pas plantée là. J'aimerais lancer un sortilège d'Accium pour récupérer mon livre d'Histoire de la Magie. J'imagine que tu es venue pour réviser l'interro de lundi? »

Une suffisance certaine m'habite. A vrai dire, je sais déjà que j'obtiendrai un Optimal à ce devoir sans trop de contrainte, raison pour laquelle je ne m'y attaque que maintenant. Et même si je préférerais réviser seule; la présence de la Serdaigle n'est pas des plus dérangeantes. J'étais même prête à considérer cette fille comme une amie, mais elle est bien trop intègre à mon goût. Elle n'a manifestement jamais compris que pas une seule fois je n'avais eu l'intention d'en faire une de mes nombreuses larbines. Non, tout simplement car elle est bien mieux que ça. C'est une intellectuelle; elle a du potentiel. Ou plutôt elle en aurait, si elle n'était pas aussi droite. Mais je n'ai pas totalement abandonné l'espoir d'en faire une alliée. C'est pourquoi la rencontre à venir s'avère des plus intéressantes... Voilà qui va me changer des ragots de mes admiratrices.
code by biscotte

_________________

   - I would rather go to any extreme than suffer anything that is unworthy of my reputation, or of that of my crown. -
Revenir en haut Aller en bas
http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com

Close your eyes and I'll kiss you

avatar
I am
Charlie A. Wellington

ㄨ Messages : 309
ㄨ Date d'inscription : 28/12/2011


Histoire
Age du personnage: 17 ans
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Jeu 23 Aoû - 19:34

D'étranges phénomènes
Charlotte Berrywell & Charlie Wellington

Charlie lança un regard noir à Dominique Weasley puis continua son chemin alors qu’un demi-sourire discret se dessinait sur ses fines lèvres. Cette petite Poufsouffle était sortie avec Simon pendant une année et semblait toujours avoir des sentiments pour lui. Le jeune homme était, cependant, le fiancé de la Bleue et Bronze et depuis que cette-dernière le savait, elle ne se gênait pas pour en parler à qui voulait l’entendre. Elle jouait aussi le rôle de la fiancée jalouse et avait menacé Dominique si elle s’approchait de son futur mari. Elle était une assez bonne comédienne et elle était fière de l’effet qu’elle avait produit. Simon lui en voulait de parler de leur mariage à tout le monde et pour une raison qui lui était inconnu, ça la mettait de bonne humeur de le voir énervé. C’était elle qui tirait les rennes et elle manipulait les gens autour d’elle avec une grande facilité. Elle aimait avoir du pouvoir sur les autres. Elle se sentait plus forte. La belle Wellington était une petite peste au visage angélique. Égoïste et gâtée, elle a toujours obtenu ce qu’elle désirait et ce n’était pas à Poudlard que cela risquait de changer. Elle cachait pourtant une amie sensible et loyale qui était prête à tout pour aider ceux qu’elle aime. Mais, elle adorait être au centre de l’attention et voir tous les regards posés sur elle. Elle lançait des rumeurs qu’elles soient vraies ou fausses et lorsqu’elle a appris qu’elle allait bientôt se marier, elle savait qu’elle serait le centre du monde – ou plutôt au centre de Poudlard – si les élèves le savaient. Elle avait bien sûr eu raison. Elle s’en fiche éperdument que Simon préfère que ça reste secret. Elle n’est pas le genre de filles à qui on donne des ordres et qui obéissent sans broncher. La belle Serdaigle était indépendante et ça l’amusait de tourner son monde en bourrique. Elle trouvait les gens tellement idiots et naïfs. Elle se sentait souvent supérieure et se comportait de façon hautaine. C’était la Charlie que l’on voyait de loin, celle qu’elle montrait en public. Avec ses amis, elle était joyeuse, pétillante et attentive aux problèmes des autres. Une gentille Charlie quoi. La jeune femme avait un caractère assez contradictoire, il dépendait des gens avec qui elle était.

Charlie entra dans son dortoir et poussa un long soupir. Elle enleva l’uniforme scolaire, qu’elle remplaça par un jean et un T-shirt kaki, avec des chainettes et des strass. Du bout des doigts, elle repoussa une mèche brune qu’elle passa derrière son oreille. Elle se maquilla légèrement les yeux d’un bleu nuit et mit une touche de rouge vif sur ses lèvres. Elle s’affala sur son lit et s’étira longuement. Elle fixa le plafond de la pièce d’un regard transperçant et elle se mit à siffloter la mélodie d’une chanson des Bizarr’ Sisters. Elle s’ennuyait, seule dans l’immense dortoir des Serdaigles de septième année. Elle donnait de légers coups de pied dans le bois du lit au rythme de la chanson. Elle se rappela qu’elle allait avoir un contrôle d’histoire. Elle se leva d’un bond, heureuse d’avoir trouvé une occupation. Elle fourra ses affaires dans son cartable le sourire aux lèvres. Elle le porta à l’aide d’une seule épaule et sortit de la pièce vide. Elle prit une grande bouffée d’air et elle laissa ses jambes la guider jusqu’à la salle de cours. Cela faisait sept longues années qu’elle était à Poudlard, elle connaissait le château par cœur. Si on ne comptait pas les nombreux passages secrets qui le peuplaient. C’était à se demander s’il n’y avait pas plus de pièces dont on ne connaissait pas l’existence que de pièces connues par tous. La belle brune descendit les marches et arrivée devant la porte de la salle, elle l’ouvrit en tournant la poignée dorée. Elle s’arrêta sur le seuil de la porte, alors que son regard se posait sur Charlotte qui pointait sa baguette sur elle. Elle lui lança tout d’abord un regard interrogateur et écouta à peine la question que venait de lui poser la surnommée Queen C. Charlie ne l’avait jamais considérée comme une reine. Peut-être était-elle secrètement jalouse de la popularité de cette Verte et Argent ? Si c’était vrai, elle ne se l’avouerait jamais. Charlotte n’était qu’une peste hautaine qui se croyait meilleure que les autres. Un peu comme la Wellington.

« Eh bien, ne reste donc pas plantée là. J'aimerais lancer un sortilège d'Accium pour récupérer mon livre d'Histoire de la Magie. J'imagine que tu es venue pour réviser l'interro de lundi? » « Mouais. » Charlie n’était pas franchement ravie de devoir réviser avec cette pimbêche, comme elle aimait l’appeler. Elle ne la supportait que pour faire plaisir à Séraphina, sa sœur de cœur. Une fille adorable contrairement à sa meilleure amie. Elle n’avait rien d’une reine ! Charlie entra dans la pièce et posa son cartable par terre avant de s’affaler sur la chaise qui grinça. Elle entendit la porte se refermer seule, alors qu’elle sortait ses affaires et les déposait sur la table. « J’ai mon livre. On peut réviser ensemble si tu veux. » Charlie faisait des efforts, se mettre la reine de Poudlard à dos n’était pas une très bonne idée. De plus, Charlotte n’était pas si insupportable que ça. Elle n’était pas énervante et ne parlait pas de sujets dénués de sens. Elle était intelligente et leurs discussions pourraient s’avérer être intéressantes. Il fallait toujours voir le bon côté des choses, non ? Peut-être qu’elle se rendra compte qu’elles ont beaucoup de points communs et qu’il est facile de supporter une personne si parfaite et agaçante.

Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

♦♦Fondatrice de WIZ♦♦Queen C.

avatar
I am
Charlotte M. Berrywell

ㄨ Messages : 1229
ㄨ Date d'inscription : 14/09/2010
ㄨ Age : 24
ㄨ Localisation : Dans la Salle commune des Serpentards, comme bien souvent.


Histoire
Age du personnage: 17 ans.
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Mer 5 Sep - 0:06

« D'étranges phénomènes »
La porte de la salle d’Histoire de la Magie s’était ouverte subitement, et la personne qui venait d’entrer me fixait à présent avec une expression surprise, m’ayant découverte la baguette pointée juste dans sa direction. Le visage de Charlie Wellington recouvra son expression habituelle lorsqu’elle eut l’assurance que je ne m’apprêtais aucunement à l’attaquer. En lui demandant si elle était bien ici pour réviser le contrôle du lundi, j’avais abaissé légèrement ma baguette. Elle me répondit un « Mouais » peu convaincu, avant de se diriger vers une table et de s’y installer lorsque je lui indiquais qu’il fallait qu’elle se pousse afin que je puisse lancer le fameux sortilège. Elle s’exécuta de mauvaise grâce, et alla s'installer, ou plutôt s'avachir devrais-je dire, à une table un peu plus loin. Alors que je levai de nouveau ma baguette, la Serdaigle me proposa de partager son livre avec moi. Étonnée, je dois l'admettre, mais plutôt agréablement, j'ouvris la bouche pour répondre et, après un court instant d'hésitation, lâchai :

« Eh bien, oui pourquoi pas. C'est gentil de ta part. »

Ma voix avait toujours un timbre hautain, une trace indélébile quoiqu'il arrive, dans n'importe quelle situation. Je savais qu'elle ne le prendrait pas mal, du moins je l’espérais, et même si dire un mot gentil m'arrachait presque la bouche, je l'avais tout de même remerciée à ma façon. Voulant m'extirper de cette situation gênante (je détestais avoir à remercier quelqu'un pour quoique ce fût), j'ajoutai précipitamment :

« Je vais tout de même récupérer du parchemin et de quoi écrire, histoire de faire quelques fiches. »

Je n'admettrai jamais que j'ai tout simplement oublié mes affaires dans les cachots. Sans attendre de réponse ou de quelconque approbation, je reportai mon attention sur la porte, qui s'était refermée. Nullement troublée, je lançai un sortilège informulé d'un coup de baguette, sans vraiment y penser. De toute façon, la magie faisait partie de moi; je maîtrisais tellement bien la plupart des sortilèges à force d'y travailler depuis toujours que les sorts faisaient effet sans réel effort de ma part. Sauf que rien ne se produisit. Étrange. Je fronçai légèrement les sourcils, m'avançant inconsciemment vers la porte. D'un autre coup de baguette je tentai à nouveau de l'ouvrir. Toujours rien. Cette fois, c'était plus qu'étrange. Rien de tel ne m'était déjà arrivé auparavant. Je sentais déjà une pointe d'agacement m'envahir, qui pourrait bien se transformer en rage si je n'obtenais pas ce que je désirais, là, maintenant, tout de suite. Et le temps me semblait compté, puisqu'il était hors de question que la Wellington assise un peu plus loin remarque quoi que ce soit de l'étrange scène qui était en train de se dérouler. Je craignais qu'elle ne se retourne d'une seconde à l'autre, se demandant comment se faisait-il que je n'avais toujours pas lancé le sortilège d'Accium que j'avais mentionné quelques instants plus tôt.
Désirant agir vite, je m'approchai clairement de la porte cette fois, mes talons hauts provoquant le grincement du vieux plancher de bois poussiéreux. Les lèvres pincées, comme à chaque fois que mes nerfs commençaient à s'agiter, je levai ma baguette comme je l'aurai fait lors d'un duel.

« Alohomora ! » criai-je presque, d'une voix que je m'efforçai de rendre normale, mais dans laquelle perçait tout de même la férocité. Toujours rien. Sous le choc, ma bouche s'entrouvrit. Quoi? Co... Comment était-ce possible? Jamais, au grand jamais auparavant, je n'avais raté un sortilège que je maîtrisais à la perfection. Jamais, jamais, jamais. Pas une seule fois. J'en étais sûre et certaine. Et là, j'étais incapable d’exécuter même le plus basique des sorts qu'on apprenait en première année, comme Alohomora? C'était impossible. Impensable, complètement insensé.
Passée la surprise, c'était le déni, et maintenant la rage. Mes épaules commençaient à trembler de fureur contenue bientôt à grand peine, lorsque que d'un violent mouvement j'abaissai à nouveau ma baguette, comme si je m'apprêtais à torturer quelqu'un, en criant :

« Alohomora! »

Pour l'effet discrétion c'était râpé. La Bleue&Bronze assise un peu plus loin avait compris que quelque chose clochait et relevait la tête dans ma direction. Je sentais son regard curieux posé sur moi tandis que je m'escrimais encore et encore à ouvrir cette foutue porte. Alohomora ne fonctionnait pas, très bien, j'allais employer la manière forte. Un sourire en coin étirait déjà mes lèvres, comment avais-je pu m'énerver pour ce vieux bout de bois? J'étais bien trop puissante pour qu'un objet aussi futile qu'une porte me résiste. Rassurée intérieurement, je pointai la poignée d'un air menaçant, m'exclamant :

« Diffindo! »

La porte ne bougea pas d'un iota, la poignée ne sembla même pas effleurée par mon sortilège. Des flammes dansant dans les yeux, je m'acharnai :

« Cracbadaboum! Confringo! Bombarda maxima! »

Dans de grands moulinets dans les airs j'agitais ma baguette, mais rien ne marchait. La porte n'était même pas ébranlée par mes sortilèges. A croire qu'elle était complètement imperméable à toute forme de magie et que nous étions - je détestais ne serait-ce que l'idée - coincées ici jusqu'à ce que quelqu'un ou quelque chose vienne nous libérer.

Rendant les armes, je poussai un long soupir exaspéré avant de me retourner d'un bloc vers Charlie. Je pris une profonde inspiration, fermai et rouvris les yeux, avant de dire subitement :

« Bien. Il semble que nous avons un gros problème. »

Je marquai une pause, avant de m'expliquer:

« La porte est bloquée; aucun sortilège ne fonctionne et... » J'hésitai avant de continuer :

« Il semble également que nous sommes coincées ici jusqu'à ce que quelqu'un vienne nous chercher. »

code by biscotte

_________________

   - I would rather go to any extreme than suffer anything that is unworthy of my reputation, or of that of my crown. -
Revenir en haut Aller en bas
http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com

Close your eyes and I'll kiss you

avatar
I am
Charlie A. Wellington

ㄨ Messages : 309
ㄨ Date d'inscription : 28/12/2011


Histoire
Age du personnage: 17 ans
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Ven 21 Sep - 7:53

D'étranges phénomènes
Charlotte Berrywell & Charlie Wellington

Charlie feuilletait pensivement les pages de son livre d’Histoire. Elle attendait que Charlotte se joigne à elle, même si cette perspective ne l’enchantait pas plus que ça. Elle ne cessait de se demander à quoi ressemblerait son mariage. Elle espérait intérieurement que tout soit annulé même si elle faisait croire le contraire. Son futur mari s’intéressait à peine à elle et il y avait beaucoup d’autres sangs purs qui auraient pu faire l’affaire. Pourquoi ses parents avaient-ils choisi Simon ? Cette question ne cessait de la tourmenter et seul le fait de se dire qu’il était son fiancé lui semblait irréel. On aurait dit qu’elle était la seule à faire des efforts. C’était elle qui l’avait crié sur tous les toits pour que ça ait l’air vrai, c’était aussi elle qui jouait la fiancée jalouse et qui se forçait à l’aimer. Etant tous deux des séducteurs c’était plutôt difficile. Charlie se mit à donner des coups de pieds dans la table. Elle perdait patience et se demandait ce que faisait Charlotte. Elle posa son coude sur la table et appuya mollement sa joue contre la paume de sa main. Elle se mit à lire sa leçon avec attention. Ça lui semblait tellement facile ! Elle ne faisait pas trop d’efforts pour réussir ce qu’elle entreprenait. La preuve, ses notes étaient pour la plupart excellentes et elle manipulait son monde à la perfection.

Charlie ferma son livre et le déposa sur le côté. Elle enroula l’une de ses mèches de cheveux autour de son doigt puis la déroula tout en la fixant. Devait-elle lancer un sujet de discussion ? Mieux valait attendre que la reine daigne venir s’assoir. De quoi pourraient-elles parler ? Pas de choses futiles, Charlotte devait sûrement avoir l’habitude d’écouter ses « groupies » discuter de sujets plus inintéressants les uns que les autres. La Serdaigle était censée sortir du lot, non ? Mais, elles n’étaient pas amies, donc pourquoi Charlie ferait des efforts pour plaire à Queen C. ? Peut-être pour être plus populaire et appréciée ou tout simplement pour se faire une amie de plus. Elle fut tirée de sa rêverie assez soudainement. Elle releva la tête vers Charlotte qui se mit à hurler tous les sortilèges qui semblaient lui venir à la tête. Charlie ne put cacher un sourire assez satisfait. La Serpentarde n’arrivait donc pas à utiliser un des sortilèges les plus basiques. Cependant, après réflexion c’était assez étrange. Queen C. était presque aussi intelligente qu’elle et il était impensable qu’elle ne réussisse pas. La Bleue et Bronze prit donc la décision de se lever. Elle s’approcha lentement de la Berrywell en restant tout de même à distance.

« Bien. Il semble que nous avons un gros problème. »

Charlie lança un regard interrogateur auquel Charlotte répondit en disant qu’elles étaient bloquées dans la salle de classe jusqu’à ce que l’on vienne les chercher. Et comme un malheur ne vient jamais seule, elles ne pouvaient utiliser aucun sortilège. Charlie sortit sa baguette et la pointa vers la porte. Elle essaya vainement de lancer le sortilège de déverrouillage. Elle devait réagir calmement et ne laisser aucune expression de peur la trahir. Quelqu’un allait tout de même venir les chercher ? Le professeur avait – par chance – oublié sa plume et dans la classe et ne tarderait pas à venir la chercher. Elle s’accrochait à cette idée comme si c’était sa seule chance. Sinon, elle ne savait pas qui viendrait dans la salle d’Histoire. Pourquoi ne pouvait-elle pas aller à la bibliothèque comme tout le monde ? La Serdaigle prit son livre et s’affala sur une chaise. Elle émit un long soupir et essaya de relire sa leçon. Les mots lui traversaient l’esprit sans qu’ils n’aient aucun sens à ses yeux. Elle posa finalement l’ouvrage et reposa son attention sur Charlotte.

« Etant donné qu’on est bloqué mieux vaut trouver quelque chose à faire pour passer le temps. »

Charlie marqua une courte pause durant laquelle elle chercha quoi dire.

« Alors…tu es une amie de Simon ? »

Elle n’avait pas trouvé mieux. C’était la seule question qui lui était venue à l’esprit. De toute façon, ce n’était pas le moment de faire bonne figure devant la reine de Poudlard. Surtout qu’elles n’étaient pas dans les meilleures conditions pour discuter.

« Tu ne te sens pas un peu seule sans tes petites groupies qui te suivent partout ? Tu dois leur manquer. Je suis sûre que l’une d’elle pensera à venir te chercher ici. Elles sont tellement désespérées quand tu n’es pas avec elles. »

Charlie passa sa main dans ses cheveux. En plus du professeur d’Histoire, il y avait une chance qu’une des suiveuses de Charlotte viennent les sortir de là. Si elle avait été avec Amanda, elle n’aurait pas été aussi pressée de partir. Tout simplement parce qu’Amanda était sa meilleure amie alors qu’elle n’appréciait pas Charlotte. Peut-être parce qu’elle la jalouse ou qu’elle la trouve trop superficielle et prétentieuse. En tous cas, elle n’avait aucune envie de passer du temps avec Queen C. et elle n’avait pas à donner de raison ! La Bleue et Bronze se demandait de quoi elles pourraient parler. Elles n’étaient pas proches, mais elles se ressemblaient tant psychologiquement qu’elles ne s’en rendaient pas compte.

Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

♦♦Fondatrice de WIZ♦♦Queen C.

avatar
I am
Charlotte M. Berrywell

ㄨ Messages : 1229
ㄨ Date d'inscription : 14/09/2010
ㄨ Age : 24
ㄨ Localisation : Dans la Salle commune des Serpentards, comme bien souvent.


Histoire
Age du personnage: 17 ans.
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Mer 3 Oct - 12:22

« D'étranges phénomènes »
Il faut se rendre à l'évidence; nous ne pourrons pas sortir de cette salle avant un moment. Si la colère m'a envahie quelques instants plus tôt, elle s'évanouit rapidement pour ne laisser qu'une froide résignation. De toute façon il n'y pas d'autre solution que d'attendre, alors s'énerver paraît bien inutile. Charlie s'est levée suite à mes dires, et a elle-même tenté d'ouvrir la porte, sans succès. Évidemment. La lassitude s'empare déjà de moi. Je déteste me sentir si... Impuissante. J'ai besoin de toujours tout contrôler, et cette situation me met mal à l'aise. Mais soit, faisons preuve de sang froid. De toute manière, je n'ai pas le choix. La Serdaigle elle aussi semble s'être résignée, puisqu'elle retourne à sa place avec un soupir. Elle relit sa leçon d'Histoire, pendant que je fais les cent pas. Je crois les bras, baguette toujours en main, au cas où, et déambule dans la salle. Le vieux plancher grince sous mes pas, et tout à coup je m'arrête, près du bureau du professeur. Une idée vient de germer dans mon esprit. Les grandes fenêtres encadrées d'antiques et poussiéreux rideaux de velours pourpre se trouvent face à moi. Pourquoi ne pas essayer de les ouvrir? On pourra toujours appeler de l'aide, ou mieux, lancer un sortilège d'Accium pour récupérer un balai! Quelle idée de génie! Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt? L'espoir se lit dans mes yeux tandis que je décroise les bras et pointe ma baguette sur lesdites fenêtres droit devant moi. Je lance un sortilège informulé, puis « Alohomora » à haute voix. Rien. Cette fois, je ne peux retenir un soupir de frustration. J'abaisse ma baguette et vais pour refaire le tour de la salle, lorsque Charlie, assise à cinq mètres de moi, referme son manuel d'Histoire de la Magie d'un claquement sec. Elle m'interpelle et me propose de discuter pour passer le temps. Surprise, mais agréablement, je n'en montre rien en répondant simplement, pensive :

« Eh bien... Tu as sans doute raison. »

Je m'avance donc lentement vers elle, et tire la chaise en face d'elle pour m'y asseoir, en veillant à ne pas plisser ma jupe au passage. Je croise les jambes et pose mes deux mains jointes sur mes genoux. Prête à écouter, j'attends qu'elle reprenne la parole, ce qui ne se fait pas attendre. Elle me demande si je suis amie avec Simon. Bien sûr, j'aurais dû m'en douter. Je détourne le regard et observe mes mains, un fin sourire amusé aux lèvres. J'oubliais que Charlie est la fiancée de Simon. Je redresse la tête pour croiser le regard de la Bleue&Bronze. Mon sourire ne m'a pas quittée, il est même sincère à présent, bien que léger. Je penche la tête de côté en lui répondant :

« Oui, en effet, c'est un ami. Nous nous sommes rencontrés à notre entrée à Poudlard. C'est bien dommage qu'il soit à Poufsouffle d'ailleurs; il aurait largement mérité sa place à Serpentard. »

J'omets bien évidemment de mentionner ma petite aventure avec Simon. Il nous est arrivé quelques fois par le passé de partager le même lit, mais nous sommes surtout très amis. Ce n'est pas arrivé depuis longtemps, et personne n'a besoin de le savoir. En disant cette dernière phrase je tourne la tête pour contempler le parc enneigé qu'on voit de la fenêtre. Nous ne sommes qu'au premier étage, mais c'est tout de même assez haut... Bien trop haut pour tenter de sortir par là. "Et puis de toute façon je ne porte pas les chaussures adéquates" me dis-je en jetant un bref coup d'oeil à mes escarpins à talon aiguille.

« Ça vaut aussi pour toi » j'ajoute, en reportant mon attention sur Charlie, que je regarde droit dans les yeux, une expression neutre sur le visage. C'est un compliment. Caché, mais tout de même élogieux. J'aurais aimé qu’elle soit à Serpentard avec moi. Je pense qu'elle serait rapidement devenue une excellente amie. Sincèrement. Je m'attends à ce qu'elle me réponde que non, jamais elle n'aurait pu aller dans cette maison, qu'elle n'est pas comme nous autres serpents, blablabla.
Mais elle ne me trompera pas; je sais ce qu’elle fait. Je lis les chroniques de Gossip Witch et puis, même si je ne l'avouerai jamais, je surveille Charlie de loin. Et je sais comment elle est. Une peste sous un visage d'ange; elle cache très bien son jeu. Exactement comme moi. L'histoire avec Dominique Weasley m'a bien fait rire, même si je n'en ai rien montré, voyant que ça affectait Simon. Je n'ai jamais aimé cette Poufsouffle de la famille traître à son sang, avec qui il a eu une relation pendant un an... J'ai toujours pensé qu'il perdait son temps avec elle, et j'ai été contente d'apprendre qu'ils étaient séparés. Au fond, que Simon épouse Charlie, ce n'est pas une mauvaise chose. C'est une sang pur de haut rang, et elle est intelligente. Ce n'est pas une de mes vulgaires suiveuses. C'est une fille brillante et machiavélique, qui a du potentiel.

Un instant, cette fille justement me sort de mes pensées. Elle fait allusion à mes larbines, qui vont sans doute partir à ma recherche. Je secoue la tête en signe de négation.

« Non, je les ai laissées dans la salle commune avec leur thé et leurs bêtises, sans leur dire où j'allais. Elles ne savent pas où je suis. »

Je mets mon menton dans ma main, pensive.

« Ceci dit, elles vont certainement bientôt me chercher un peu partout dans le château, donc j'imagine que tôt ou tard l'une d'entre elles arrivera ici. »

À vrai dire, je ne suis pas pressée que ce moment arrive. Je suis curieuse de voir ce que va donner cette discussion avec Charlie. Je ne sais pourquoi, mais j'ai le sentiment que je ne vais pas m'ennuyer...


code by biscotte

_________________

   - I would rather go to any extreme than suffer anything that is unworthy of my reputation, or of that of my crown. -
Revenir en haut Aller en bas
http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com

Close your eyes and I'll kiss you

avatar
I am
Charlie A. Wellington

ㄨ Messages : 309
ㄨ Date d'inscription : 28/12/2011


Histoire
Age du personnage: 17 ans
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Sam 1 Déc - 15:10

D'étranges phénomènes
Charlotte Berrywell & Charlie Wellington

Charlie admira les timides rayons de soleil qui montraient le bout de leur nez. La lumière se fraya un passage jusqu’à l’œil de la jolie brune lui donnant un éclat de malice que l’on avait du mal à distinguer sous les airs angéliques de la Serdaigle. Le faux ange bleu la surnommait-on depuis l’article de Gossip Witch. Charlie posa son coude la table et appuya mollement la joue contre sa main en soupirant. Quelle histoire ! Dire qu’elle ne s’était toujours pas entretenue avec Lauren. Elle l’évitait de peur de devoir affronter le moment des règlements de compte. La jeune fille passa sa main dans ses cheveux et les ébouriffa. Ses yeux se baladèrent dans la salle s’arrêtant sur les moindres détails, comme si elle dévisageait un inconnu. Les chaises étaient disposées sans ménagement, des plumes et des vieux parchemins étaient disposés avec désordre sur le bureau et des moutons de poussières se cachaient dans les coins en se balançant au gré du vent. La lumière semblait de plus en plus faible à mesure que le temps passait. Charlie croisa les jambes et posa ses mains sur son genou comme le faisait si souvent sa mère en l’ignorant. Elle l’imitait sans s’en rendre compte, elle détourna son regard vers la fenêtre et parut rêveuse en écoutant les paroles de Charlotte. Elle reposa son attention sur son interlocutrice. Elle sourit. Elle à Serpentard ? Elle se l’imaginait mal. Il était vrai qu’elle ne manquait pas de ruse et que la manipulation était devenue une seconde nature. Cependant, elle était surdouée et rêveuse ce qui la faisait pencher du côté des érudits. De plus, elle ne voulait pas être dans la maison ou était autrefois sa mère. De cette façon, elle se plaisait à croire qu’elles ne se ressemblaient guère. Pourtant, la réputation de sa mère ne lui était pas inconnue : une jeune fille manipulatrice et séductrice qui obtenait tout ce qu’elle désirait. Ça ne vous rappelle personne ?

« Peut-être que Simon a sa place à Serpentard, mais pas moi. Je suis plus du genre travailleuse, pas rusée. »

Elle posa un regard pesant sur Charlotte comme si elle l’a défiait de la contredire, car il était simple de lui rappeler l’histoire de Dominique. Charlie se sentait un peu dépassée par les évènements, elle manipulait avec une facilité désarmante et ne s’en rendait pas toujours compte. Pourtant son caractère était contradictoire et elle pouvait se montrer douce et amicale. Même elle ne pouvait donner de raison à son comportement, elle préférait donc montrer une seule facette d’elle-même. Il n’y avait qu’Amanda qui la connaissait par cœur. Elle se tortilla les doigts perdue dans ses pensées. Jamais elle ne s’était posé tant de questions qu’en ce moment. Le moment où elle se retrouvait bloquée dans la salle d’Histoire de la magie en compagnie d’une personne à qu’elle n’appréciait pas forcément. Dit de cette façon ça paraissait presque comique… La Serdaigle se souvint de la présence de Charlotte. On ne pouvait pas tout de même pas faire attendre la reine, se dit-elle ironiquement.

« Toi et Josh ça avance ? Parce que je n’arrive à bien suivre l’évolution de votre relation. Eclaire-moi ! »

Charlie lui lança un regard interrogateur. Autant parler de sujets intéressants qui leur feraient passer le temps. Josh et elle avait eu une courte histoire. La jolie brune s’est vite lassée et l’a trompé, ce qui bien sûr n’a pas plu au Serpentard qui s’est apparemment mis en tête de se venger. Si on comptait le nombre de personnes qui essayaient de l’humilier, la liste serait longue. Pourtant, personne n’avait jamais réussi. Elle paraissait inaccessible, intouchable comme ce faux ange bleu qui volait si haut qu’il était impossible de l’atteindre. Cette idée la fit sourire, un sourire hautain et orgueilleux bien différent que celui qu’elle arborait habituellement. Elle n’en demeurait pas moins belle, mais d’une beauté plus froide, presque glaciale. Elle se mit à tambourina la mélodie d’une chanson qui lui passait par la tête en fredonnant les paroles qu’elle avait à moitié oubliées.

L’idée de se rapprocher de Charlotte lui effleura un instant l’esprit. Cela lui sembla aux premiers abords idiot et sans aucun sens. Cependant, en y repensant elle se demandait si elle n‘avait pas jugé la Verte et Argent trop vite. La jalousie l’avait longtemps aveuglée et elle se rendait peu à peu compte de leurs points communs, même si ce n’était pas l’endroit rêvé pour la naissance d’une relation que l’on décrira de positive. Pourtant, Charlie n’arrivait à se résoudre à l’apprécier vu le temps qu’elle avait passé à lui trouver mains défauts. Mais ce serait une façon d’en apprendre plus sur elle ?

« Sinon, qui est ton nouveau jouet du moment ? »

Charlie lui lança un regard interrogateur, avide de savoir. La Serdaigle s’ennuyait un peu et peut-être que la méchanceté de Charlotte lui donnerait des idées. La jolie brune n’était pas sadique, elle aimait bien embêter les gens, c’était différent.

Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

♦♦Fondatrice de WIZ♦♦Queen C.

avatar
I am
Charlotte M. Berrywell

ㄨ Messages : 1229
ㄨ Date d'inscription : 14/09/2010
ㄨ Age : 24
ㄨ Localisation : Dans la Salle commune des Serpentards, comme bien souvent.


Histoire
Age du personnage: 17 ans.
Liens:

MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W. Lun 23 Sep - 17:20

« D'étranges phénomènes »

Sans perdre de ma concentration, j'attends la réponse de Charlie Wellington. Un fin sourire étire mes lèvres; je sais qu'il est trompeur, et perturbateur, souvent. Pourtant, en cet instant, il n'est pas hostile envers la brunette. Pas du tout, j'attends poliment sa réponse à ma remarque sur sa potentielle appartenance à Serpentard, un brin amusée, même. Oui, c'est de l'amusement que traduit ce sourire; car je devine aisément sa réponse. Les Serdaigles, comme les deux autres maisons de l'école, d'ailleurs, refusent d'être apparentés de près ou de loin à des Serpentards. Les Bleus & Bronzes sont pourtant ceux avec lesquels nous nous entendons le mieux, certes, mais de là à ce qu'ils acceptent avoir pu faire partie des nôtres en étant répartis parmi les serpents... Il y a un monde. Alors j'attends de voir si Charlie confirme cette idée. Et elle le fait. Bingo. Elle, pas du genre rusée ? Voyez-vous cela ! J'hausse un sourcil, tandis que mon sourire s'accentue encore. Impossible d'y louper l'amusement cette fois, qui se reflète dans mes yeux chocolats. Evidemment, je ne perds pas là une occasion de la contredire; de toute manière, nous savons toutes deux à qui j'ai affaire : le faux ange bleu... Surnom trouvé par Gossip Witch, et qui va d'ailleurs remarquablement bien à la Serdaigle en face de moi, je dois dire. Étonnante histoire que celle de Charlie et  Dominique Weasley, d'ailleurs. J'avais suivi l’événement au cours des dernières semaines d'assez loin, mais n'ai pu retenir un sentiment approbateur du comportement de la Wellington. Elle a crié sur tous les toits ses fiançailles avec mon ami Simon, prenant manifestement un plaisir malsain à humilier ainsi la fille de Bill Weasley, qui se trouve être l'ex-petite amie de longue date de Simon. Autant dire qu'apprendre du jour au lendemain que celui qu'elle a tant aimé était en fait promis à une autre durant toute la durée de leur relation, n'a pas dû être des plus bienfaiteurs... A fortiori quand la fiancée en question n'est autre que Charlie Wellington, autrement dit une des filles les plus convoitées de Poudlard, et comptant largement parmi les plus manipulatrices, également. Il va sans dire que nous nous ressemblons beaucoup. Sans me presser, je penche délicatement la tête vers la droite, le sourire perturbateur n'ayant pas quitté mes lèvres. Voilà qui devient intéressant.

« Vraiment ? » dis-je, une moue plus que dubitative sur le visage. « C'est amusant » reprends-je, « il m'avait pourtant semblé entendre de vagues rumeurs, la semaine dernière, à propos de tes frasques avec une grande blonde, de Poufsouffle... Dominique Weasley, c'est ça ? » je demande, plissant le nez à la mention du nom de cette famille de traîtres à leur sang.

Je me redresse, quittant son regard, pour enlever une poussière imaginaire sur mon chemisier, avant de replacer d'un geste élégant une mèche de cheveux derrière mon oreille. Je fais expères de laisser ces quelques secondes de silence afin de ménager mon petit effet. L'air de rien, j'ajotue ensuite :

« Oui, elle n'avait pas très bien pris le fait que tu sois fiancée à Simon, je crois. Pauvre petite chose... Surtout la manière dont elle l'a appris, en grande pompe, si je me rappelle bien. »

Comme s'il était ne serait-ce qu'envisageable que ma mémoire me fasse défaut. Mon sourire se tord sur un coin quand je finis cette phrase, et je détourne à nouveau les yeux, laissant mon regard se perdre dans le spectacle hivernal qu'offre l'extérieur. C'est bien tout ce dont nous puissions nous satisfaire, puisque nous sommes coincées ici. Une vague d'irritation m'envahit tout à coup, en repensant que nous nous trouvons là prises au piège. Un instant, je crispe la mâchoire, mais elle se détend aussitôt, de même que mon corps, tandis que je reporte mon attention sur Charlie, un léger sourire aimable aux lèvres. Elle aussi semblait être perdue dans ses pensées quelques instants, et la voilà qui reprend la parole. L'espace d'un bref instant, mon sourire fond comme neige au soleil, tandis que l'ombre se loge dans mes yeux. Qu'a-t-elle osé dire ? Mon rythme cardiaque s'accélère légèrement, tandis que je m'exhorte mentalement au calme. Elle me parle de Josh. Joshua Sullivan. Comment sait-elle ? Comment est-ce possible ? Nul ne doit savoir notre écart de conduite du mois dernier, c'est d'une importance vitale, à mon sens. A l'heure actuelle, lui et moi ne nous parlons pas, et cela n'est pas près de changer. En un quart de seconde, mon esprit analyse avec précision la situation. Charlie ne dispose d'aucune information compromettante à ce sujet; même Gossip Witch n'en a pas. Alors pourquoi en parle-t-elle ? mon cerveau tourne à plein régime, cherchant rapidement la solution la plus plausible. Et tout à coup, cette dernière m’apparaît. Oui, évidemment. C'est évident; ça ne peut être que cela. Charlie nous a sans doute vu ensemble au bal de Noël il y a quelques semaines, comme tout le reste de Poudlard d'ailleurs; et nous a trouvé d'une harmonie éblouissante. Josh et moi allons parfaitement bien ensemble; c'est aussi agaçant que réjouissant. Car si j'ai la satisfaction personnelle de savoir qu'il ne sera jamais mieux au bras d'une autre, lui peut aussi se dire que sans lui, je n'ai pas l'air si royal...

Je plaque en catastrophe un sourire sur mes lèvres; le masque surgit de nouveau, près à habilement cacher mon léger doute, l'espace d'un instant. Trop bref pour que la Serdaigle ait pu l'apercevoir, à moins d'avoir scruté mon visage avec grande attention. Je me maudis déjà cette erreur, ce trébuchement minime dans ma prestance parfaite. Minim, certes, mais qui risque de ruiner quelque peu mon assurance. Or, je ne peux me le permettre. Finalement, c'est un rire gracieux qui quitte mes lèvres, tandis que je renverse légèrement la tête en arrière, ayant l'air sincèrement amusée.

« Sullivan, tu veux dire ? » Question rhétorique, qui n'attend pas de réponse.

« Nous sommes simplement allés au bal de Noël ensemble; ce n'était pas là un choix volontaire, d'ailleurs. »

Un bref sourire en sa direction, façon de constater encore une fois l'énorme bêtise de l'équipe professorale, d'avoir choisi les couples de cavaliers et cavalières au bal de cette année. Même si quelque part en moi, une voix que j'étouffe immédiatement persiste à dire qu'il ne s'agissait pas là du hasard... Mais du choix parfait. Je retiens un rictus amer, et réplique :

« Je ne le fréquente pas, en dehors de ce genre d'occasions, forcées par la nature... »

Mensonge éhonté, je le sais. Le fait est que quoique nous fassions, Josh et moi nous retrouvons toujours irrémédiablement attirés l'un par l'autre, systématiquement.

« Et toi ? Je me souviens bien pas t'avoir croisée au bal, qui était ton cavalier ? »

Intérêt poli pour la question; il est vrai que je suis incapable de dire avec qui Charlie Wellington se trouvait ce soir-là, et encore moins ce qu'elle portait... Peut-être étais-je trop absorbée par la soirée pour faire attention à cela. Sans doute. Intérêt de la soirée qui n'avait d'ailleurs rien à voir avec mon cavalier. Aucun rapport, aucun. Je m'en persuade, comme toujours. Et refoule cette pensée bien loin.

D'ailleurs, Charlie ne s'attarde pas sur le sujet. Elle en change même radicalement, et ce n'est pas pour me déplaire. Je décroise tout à coup les jambes, posant nonchalamment mes deux mains entrecroisées sur la table, la regardant droit dans les yeux. Il m'arrive rarement de montrer tel manque d'élégance dans mon maintien; mais disons que la courtoisie la plus haute n'est plus tout à fait de mise. En effet, je veux intégrer Charlie dans ma cour, et pas à n'importe quel grade; il faut donc pour cela la considérer comme quelqu'un de respectable à mes yeux. Ce qui est le cas. Mon menton vient se poser dans ma main droite doucement, tandis que je fixe toujours la Serdaigle droit dans les yeux. Ma victime préférée du moment, voilà sa question. Tiens donc ! Intéressant, je l'admets volontiers. J'avoue ne pas y avoir longuement réfléchi, dernièrement. Sans doute attirée par d'autres préoccupations plus prenantes, comme souvent... Le fait est que depuis ces dernières semaines, mon attention ne s'attache plus trop sur les élèves que je pourrais bien torturer –mon passe-temps favori, habituellement– mais se perd dans d'autres pensées moins avouables. Toutes se rassemblant plus ou moins autour de thèmes distincts et bien définis... Le monde des Ténèbres, et Josh. Surprenante association contre laquelle je ne peux hélas rien. Ces pensées envahissent bien trop mon esprit à mon goût -celles concernant le Serpentard, évidemment- et il semblerait qe je me trouve totalement impuissante pour les en déloger. Fâcheux événement que je tais bien sûr à tous, sauf à Séra', évidemment. La seule et unique à tout savoir de mes déboires, si tant est qu'on puisse les appeler ainsi, ou plutôt la curieuse attirance qui ne cesse de se profiler entre Josh et moi, semblant gagner en puissance chaque jour un peu plus, à mon plus grand dam. Je déteste cette situation de perte de contrôle, bien que l'électricité ambiante lorsque nous sommes tous les deux soit grisante.

Je me rappelle avec un temps de retard que je n'ai toujours pas répondu à la Serdaigle. Je déteste ces pensées perturbatrices, qui me rendent beaucoup plus lente à la compréhension et à la réaction, ces derniers temps. Je dois me reprendre; il s'agit à présent d'une nécessité absolue. Absolue. Je me le martèle mentalement, grondant intérieurement de n'avoir pas réagi immédiatement. Charlie prendra cela pour de la réflexion, à coup sûr. Oui, je réfléchissais simplement à sa question, voilà ce qu'il en est véritablement. Rien d'autre. Et de toute manière, les pensées d'une Reine sont bien secrètes; seraient-elles royales, si cela n'était pas le cas ? Si tout le monde pouvait y avoir accès sans limites ni raison ? Non, cela va de soi. La Reine ne serait pas la Reine, si les choses étaient ainsi. Or je suis la Reine, et je veille au respect de mon rang ainsi que de la hiérarchie qui l’accompagne. Je suis au sommet de l'élite; personne ne doit me faire affront, jamais, et quand bien même cela arrive, je me délecte toujours du plaisir de rendre l'offense au quintuple de sa valeur. Et puis, avouons sans équivoque que s'il n'y avait jamais de rébellion, la vie au sommet serait bien plus ennuyante.

« C'est une question intéressante » je concède finalement à la brune, répétant ce que je me contentais de penser quelques secondes plutôt.

« Cela varie, bien évidemment, mais en ce moment... Je me plais à dire qu'il s'agit de Billie-Jean Jones. Oui, petite cinquième année, de la maison des Blaireaux, complètement niaise et insignifiante. À un tel point que c'en est effarant. »

J'hausse royalement les sourcils, dans un mouvement montrant ma supériorité sur ce genre d'individus.

« Enfin, c'est agréable pour le moment, mais je vais vite m'en lasser; je suis toujours à la recherche de cibles plus... Centrées. » j'ajoute, avec un sourire évoquant.

Oui, je m'intéresse davantage aux victimes présentant pour moi plus de défis. Certes, au vu de ma position, les défis sont limités -il faut comprendre ici que personne n'ose réellement s'en prendre à moi directement-, mais toujours est-il qu'une victime présentant des liens avec des personnes aux caractères suffisamment bien trempés pour oser s'opposer à moi, remportent plus souvent mon choix. En l'occurrence, Billie-Jean Jones ne fait pas partie de cette catégorie de cibles; personne ne la protège de moi. Sauf Keelyn Caffrey, peut-être. Mais cette dernière n'est pas sans savoir qu'elle ne peut rien dire ou faire, puisque je me trouve trop proche de Lewis pour cela. Et même, partie intégrante de l'élite de l'école, l'héritière des chasseurs de vampires ne peut pas tout se permettre. Un sourire complaisant se dessine sur mes lèvres à cette idée; j'aime tellement ma puissance.
Secouant très légèrement mes boucles anglais de ma main gauche que je laisse quitter la table, je l'y repose ensuite, de même que ma main droite. Je me garde bien de mentionner Lauren Smith dans mes victimes préférées; pour le coup, elle se trouve au centre d'un noeud de relations sociales bien complexe, avec de plus ou moins réputés dans le château. Et je sais que Charlie compte parmi ses amies, bien que les choses ne soient pas trop au beau fixe entre elles à présent, si j'ai bien tout compris. Ou plutôt si j'ai bien suivi les conquêtes d'Adrian, mon apprenti.

« Et toi donc, Wellington ? » Je redresse la tête, le sourire aux lèvres.

« Qui d'autre dans ta ligne de mire, depuis Weasley et Merley ? »

Petite référence à Lola Merley, une autre Poufsouffle blonde -décidément, cela pousse comme des mauvaises herbes-, dont la Serdaigle aurait volé le petit copain. Les histoires de Charlie me rappellent parfois celles de Tahanie... Bien que cette dernière soit connue pour des frasques autrement plus dérangeantes, où tromperies et coucheries s'entremêlent étroitement.
Qui aurait cru que Charlie Wellington et moi serions tranquillement en train de discuter de victimes ? Mon plan semble avancer à merveille; m'en voilà ravie. Oubliant mon très léger trouble précédent, je me concentre sur la brune qui me fait face, espérant bien cette fois qu'elle ne me détrompera pas. C'est une manipulatrice; nous sommes pareilles. Finalement, cela ne me dérangerait pas de devoir rester ici un moment. Nous avons de quoi discuter, avec peut-être à la clé, un possible rapprochement. Ce que j'espère.

Spoiler:
 

_________________

   - I would rather go to any extreme than suffer anything that is unworthy of my reputation, or of that of my crown. -
Revenir en haut Aller en bas
http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W.

Revenir en haut Aller en bas

Rps Dragées Surprises « D'étranges phénomènes » || Queen C. & Charlie W.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Entre chocolats et dragées surprises... [ pv ]
» Les Dragées Surprises-- Scénario Halloween
» C'est Chronopost qui arrive avec un colis plein de bisous et de dragées surprises de Bertie Crochue
» bonbons explosifs, crapauds à la menthe et dragées surprises (sasha-vio)
» D'étranges phénomènes... [PV Batisma & Enteri]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts, magic castle of wizards :: Cours d'Histoire de la Magie.-